lundi 19 mai 2008

DIEU

Dans toutes les religions Dieu est à l'origine de la création. Cependant il n'y a que deux manières de voir les choses, soit l'œuvre de Dieu est unique et dans ce cas on admet un début et une fin, soit elle est éternelle et dans ce cas l'alpha et l'oméga sont confondues.

Si son œuvre est unique alors la vie et la mort ont été prévus dès le commencement. Car dès la création il y a de prévu la fin de toutes choses puisque rien est éternel. Ainsi tous les organismes vivants ou non sont voués à disparaître un jour. La mort est alors l'aboutissement de la vie, et de fait, elle est la seule chose à être immuable. L'unique chance pour notre existence, serait alors de sortir du lot à l'instar des saints catholiques, prophètes juifs ou musulmans, pour échapper à notre fin certaine, et ainsi avoir une place à ses côtés dans l'infinie. Mais alors, à quoi servirait cette infinie, sinon pour voir la destruction inexorable de l'univers? Dans ces conditions peu de place au libre arbitre, le destin à tous prévus, même ses heureux lauréats. D'ailleurs tous les prophètes (bibliques) ont été annoncé par leur prédécesseur. La réponse des religions abrahamiques seraient que la vie sur terre nous préparerait à une vie meilleure dans l'au-delà, à condition de vivre comme il a été convenu à l'origine. Bizarrerie de la création, qui voudrait que l'on soit un produit conforme, sous peine d'être détruis.

L'autre manière de voir les choses, serait de considérer comme Nietzsche (*1) que le temps comme les évènements sont cycliques. Tout se répète de nouveau avec en plus, l'intégration des anomalies révélées dans le dénouement précédent, comme faisant partie du système dans sa globalité. Notre unique objectif serait d'être retenue dans le prochain spectacle. Car si Dieu est le créateur, il se base sur ce qui existe pour créer un nouvelle ouvrage meilleure à son gout à chaque fois. Comme nous ne savons pas quelles anomalies seront retenues, chacun d'entre nous a donc le choix. Soit de vivre toute son existence sans rien changer, avec fatalité, soit d'essayer de comprendre le pourquoi de ses choix. La voie qui nous rapproche de Dieu serait plus de devenir une anomalie, plutôt que de suivre son modèle. A ce propos, Nietzsche disait que le monde n'a connu qu'un seul chrétien c'est Jésus lui même, les autres n'ont fait que le singer.


Beaucoup de personnes se sont posés la question de savoir si Dieu existait. D'un point de vu philosophique la réponse n'a pas de réel importance, ce qui importe c'est la relation qui nous unis ou nous sépare de lui. Certain comme Descartes, s'est même interrogé sur la réalité de sa propre existence(*2). Si seul la pensée est réel, alors ce qui existe est l'idée que l'on se fait de Dieu, plus que Dieu lui même.

(*1):Éternel retour (Nietzsche)
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ternel_retour_%28Nietzsche%29
(*2) : pour en aboutir à sa célèbre formule :« Je pense donc je suis, je suis donc j'existe. »

2 commentaires:

antony a dit…

ce sont des hyeroglyphes que j'ai a l'ecran domage j'aurai aimé prendre le temps de lire...
bonne continuation

Sonny a dit…

Si vous êtes sur firefox, il faut aller dans la rubrique "affichage"-->"encodage des caractères"-->"Unicode(UTF-8)"

Voilà, merci votre soutiens !